Coutumes et vie courante

Les ladakhis, qu’ils habitent en ville ou sous tente, sont des êtres souriants qui vous accueillent par un joyeux « julley »

Ils sont vêtus d’un costume traditionnel, un épais et long manteau de laine, ceinturé par une écharpe de couleur.

 

Les femmes aiment se parer de bijoux, d’étoles, de châles brodés et mettent pour les fêtes une coiffe ornée de turquoise, le pérak.

Ils sont profondément imprégnés de musiques et de danses et assistent à de nombreux festivals monastiques.

En signe de bienvenue, ils vous accueillent avec le traditionnel thé au beurre salé.

 

Le taux de croissance de la population est en moyenne très faible, 8% par décennie.   Les raisons de ce faible taux de croissance sont diverses: taux de mortalité infantile élevé, fragilité des organismes adultes du fait de la malnutrition, rigueur des hivers et fréquence des épidémies.

Mais il était également dû à la pratique d'un phénomène de société unique au monde, la polyandrie. Le fils aîné en se mariant, héritait de tous les biens de la famille. Ses frères pouvaient entrer au monastère, s'expatrier ou rester sous le même toit et sur les mêmes terres à la condition de ne pas fonder un foyer séparé; c'est à dire en pratique, à la condition d'épouser eux aussi la femme de leur aîné. Ainsi, il n'y avait qu'un ménage, qu'un groupe de petits enfants et la propriété restait entière.

Depuis 1941,date de la partition de l'Inde, la monogamie a pris le pas.

HIMALAYAN  DIALECT   9, place de l’hôtel de ville   26150 DIE      tel 06 11 44 73 47        mail : himalayandialect26die@orange.fr